AOUT 2020

A la rescousse des tortues Taricaya !

Pour les tortues Taricaya (Podocnemis unifilis) le mois d’août correspond à la période de ponte. Un moment très attendues par les communautés qui procèdent à leur collecte pour l’autoconsommation ou la vente…parfois de manière excessive. Depuis plusieurs années on observe une baisse des populations, un message suffisamment clair pour les gardes parcs de la concession qui ont déployé cette année 3 plages artificielles afin d’accueillir une dizaine de nid. Nous attendons avec impatience l’éclosion de ces quelques 400 petites protégées afin de les relâcher exactement dans leur site de ponte d’origine. Afin de compléter cette initiative, les gardes parcs participent à la sensibilisation des riverains et des écoles afin de favoriser le changement durable des pratiques.

Anecdote de terrain

Il était environ 5 heures de l’après-midi, Ivan était assis sur la colline, à quelques mètres de la guérite (Yanayacu) regardant la rivière et il a vu passer quelqu’un dans un bateau qui allait sans doute à Juancito. Ils se saluent et soudain il voit que la personne arrête son moteur et prépare son arme, le ranger lui demande, « qu’est-ce que tu fais? ». La personne lui dit qu’il y a un tigre à environ 30 mètres d’Ivan, on suppose que le tigre allait boire de l’eau mais Ivan ne pouvait pas le voir, il est rentré dans la forêt avant d’être abattu. Le batelier a été surpris de voir qu’Ivan ne courrait pas se cacher et dit, « tu n’as pas peur, tu ne le tues pas ? », A quoi le ranger répond « nous protégeons les tigres ici »  » Extracto del diario de Lotty Morey

Juillet 2020

L’union fait la force : la CCYM rejoint les rangs de l’association AMPA

Ce mois-ci, le projet a rejoint un réseau de Concession de Conservation nationale. L’association AMPA qui fédère de très nombreuses initiatives privées de conservation au Pérou a facilité l’intégration de la CC Yanayacu Maquia auprès du réseau actif dans la région de San Martin. Un excellent moyen d’apprendre ensemble et d’échanger sur leurs initiatives respectives.

Fraichement ouvert, le partenariat a déjà porté ses fruits et Lotty à déjà pu assister à sa première formation collective aux outils numériques de surveillance satellite. C’est AMPA qui a encadré cette formation et permet ainsi à l’ensemble du réseau d’utiliser la plateforme du Global Forest Watch, un outil très performant qui surveille et prévient en temps réel en cas d’éventuelles activités de dégradations de la forêt.

A l’avenir, nous espérons pouvoir également développer conjointement des alternatives économiques durables en lien avec les ressources non ligneuses de la concession. Une étape qui s’annonce clé pour la pérennité du projet.

Plus d’informations sur AMPA et l’évènement qui a eu lieu ici (en espagnol exclusivement) > http://ampaperu.info/tecnologias-frente-a-la-deforestacion-en-tiempos-de-pandemia-capacitacion-virtual-con-la-red-de-conservacion-de-san-martin/

Juin 2020

Trois pépinières pour la protection d’arbres menacés

Ce mois-ci toute l’équipe de la Concession s’est mobilisée pour la récupération de graines d’arbres en voie d’extinction. En effet, en 2020 un grand programme transversal est mené au Pérou grâce à l’appui du Fond Franklinia pour la protection et la restauration de 5 espèces menacées sur l’ensemble de nos projets sur le territoire national.

Dans la concession, la cumula (Virola surinamensis), l’acajou amer (Cedrela odorata) et l’acajou (Swietenia macrophylla) feront l’objet d’une attention particulière. Trois pépinières ont actuellement vues le jour pour accompagner la croissance des plantules qui viendront reforester des lieux stratégiques au sein des communautés. Une action visant non seulement la restauration de ces espèces dans des zones dégradées mais aussi la sensibilisation des 4 communautés vivant aux abords de la réserve.

L’enthousiasme des équipes pour ce programme a déjà permis son extension et a rapidement intégré de nouvelles espèces également menacées comme le « shihuahuaco » (Dipteryx micrantha et la « quinilla » (Manilkara bidentata).. Deux espèces aux valeurs culturelles particulièrement fortes pour les communautés.

Les plantations se réaliseront à la fin de l’année au moment de la saison des pluies, les photos des pépinières ne nous sont pas encore parvenues du terrain mais nous vous les partagerons dès leur réception.

Le 31 juillet nous célébrions la journée des gardes forestiers

La journée mondiale des gardes forestiers a lieu chaque année le 31 juillet pour rendre hommage au service des gardes forestiers du monde entier qui ont été blessés ou tués dans l’exercice de leurs fonctions. C’est l’occasion spéciale pour rendre hommage à nos trois gardes forestiers qui participe depuis 2006 à la conservation de la concession de conservation Yanayacu-Maquia.

Nos gardes forestiers font face à des risques croissants en raison de la déforestation illégale. Il est inquiétant de savoir que tous les jours, lorsqu’ils vont au travail, leurs vies sont mises en danger. 

Pour se rendre compte de leur dévouement et de leur engagement, nous avons été à la rencontre d’Ivan, garde forestier dans la concession de conservation Yanayacu-Maquia, qui nous relate les faits qui se sont produits la nuit du 13 mai et partage avec nous son quotidien. Voici son témoignage :

« La nuit où le poste de contrôle a été détruit, je me trouvais à 20 minutes de là, à un autre poste de contrôle. Comme nous sommes que trois gardes forestiers pour surveiller presque 40 000 hectares de forêts, il nous est impossible de contrôler tout ce qui se passe. Les bûcherons ont profité de notre absence pour détruire le poste de contrôle, pour la troisième fois consécutive. Ils essaient de nous pousser à bout pour que nous finissions par leur céder le passage dans la concession afin qu’ils puissent couper les arbres qui ont une valeur commerciale. Auparavant les bûcherons n’entraient pas dans notre secteur car plus loin ils pouvaient trouver les arbres qu’ils cherchaient. Maintenant avec la déforestation, les bûcherons remontent toujours plus en direction de la concession pour trouver le bois commercial qui disparaît ailleurs.

Nous devons toujours être extrêmement vigilants et prendre nos précautions quand nous rencontrons des bûcherons. Il arrive qu’ils portent des armes avec eux et certains nous menacent car nous ne les laissons pas couper le bois pour lequel ils pourront retirer de l’argent. Certains me proposent des contreparties pour que je les laisse faire, ils essaient de me corrompre pour de l’argent mais ce n’est pas ma façon de travailler. Je ne veux pas détruire comme beaucoup le font. Je veux continuer à conserver pour l’avenir de mes enfants. Je suis assez inquiet de ce qui s’est passé et j’ai peur qu’ils recommencent mais je ne me démotive pas pour autant. J’espère que nous réussirons à avoir plus de renforts très rapidement afin de continuer à nous battre pour conserver nos forêts. »

Reforestation

En partenariat avec l’association Up2greeen et avec l’appui technique d’Ecocert Environnement, Biodiversité amazonienne a conclu un accord en 2012 pour la réalisation d’une opération de reforestation sur le site de la réserve Yanayacu-Maquia. Ce projet a été lancé grâce à une initiative de compensation volontaire des émissions carbone du groupe Guala Closures Group.

Il a permis, par la replantation de 30 000 arbres, de compenser 5 954 tonnes de CO2 correspondant aux émissions de CO2 générées par le groupe Guala Closures pour la production en 2012 de 500 millions de capsules en aluminium pour le vin.

Plus d’info : http://www.gualaclosures.com/category/sustainabiliti/project/peru-project/